• Ténérife suite et fin

    Mercredi 22 octobre :

    Le «  Pico Del Teide » départ un peu tardif donc nous prenons un bout d’autoroute pour avancer un peu plus vite,au bout de 40km nous sortons puis c’est la classique grimpette ;

    Au fur et à mesure de la montée la végétation change la montagne nue se retrouve semée ça et là de plantes méditerranéennes ,puis quelques arbustes ,des châtaigniers et la forêt c’est là que nous ferons la pause déjeuner avec table et bancs le comble du bonheur pour Bernard.

     

     quel bonheur une table

    Ténérife suite et fin

    Ténérife suite et fin

    Plusieurs kilomètres plus hauts nous voici arrivés dans des horizons volcaniques :

    « La Caldeira de Las Canadas del Teide » en d’autres termes « le cratère » (16km de diamètre, 45km de circonférence) que domine le « Pico del Teide » qui se trouve à 3718m d’altitude.

    Nous poursuivons notre route et nous nous trouvons dans une plaine les »Manas de San José »

    étendue de graviers jaunes ,verts,ponctuée de rochers.

    Peu après nous sommes sur le site de « Los Azulejos » : rochers verts cette couleur est due à la présence d’oxyde de fer , et pour finir nous quittons ces paysages lunaires en traversant une étendue de sable gris et de roches de laves noires du « Liano de Vianca » c’est la  q’en 1798 a eu lieu la dernière irruption quand la lave s’est échappée pendant des mois des « Las Narices del Teide » (les narines du Teide).Aujourd’hui le volcan est endormi .

    El Pico del Teide                                                                      rochers de laves

    Ténérife suite et finTénérife suite et finTénérife suite et finTénérife suite et fin

     

     

     

     

     

     

    Ce sont des paysages gigantesques et splendides très beau souvenir car assez rare.

    Il nous faut rentrer car 1h d’autoroute pour aller à «  el barco la Bella Flora ».

     

    Jeudi 23 octobre :

    Aujourd’hui journée moins rigolote courses, nous profitons d’avoir la voiture pour faire l’avitaillement. Rangement dans le bateau,Bernard fait la maintenance et répare le tangon de génois qui a cassé. Ce soir promenade avec nos amis dans la ville d’Otoravia qu’ils n’ont pas visitée et dîner dans une maison seigneuriale : très beau cadre, le service parfait et le contenu des assiettes aussi. (l’addition plus que raisonnable). Belle soirée.

    Le restaurant

    Ténérife suite et finTénérife suite et finle soir dans La Oratavia

    Ténérife suite et fin

     

     

    Demain nous rendons la voiture.

     

    Vendredi 24 octobre :

    La voiture rendue nous allons au marché Africain (pourquoi Africain nul ne sait !) à pied , avec nos chariots ; nous traversons de belles ramblas ombragées ; le marché est beau mais encore une fois plus cher que les petites fruiteras le long des routes.

    Ténérife suite et fin

    Ténérife suite et fin

     

     

    L’après midi nous vaquons à nos occupations  sur le bateau (il y en a ),demain nous quittons la marina.

     

     

     

    Samedi 25 octobre :

    Ce matin pas le temps de traîner : dernière machine puis papiers à la police et à la capitainerie pour la sortie des îles canaries car sur la Goméra et El Heiro il n’y a pas possibilité de faire de sortie.

    Nous partons vers 16h pour aller mouiller dans la baie         un peu plus au sud.

    Arrivée 20h30 car nous avons eu un petit problème avec le moteur : le liquide de refroidissement a débordé et coulé dans la cale moteur. Malheureusement et évidemment pas de vent donc nous avançons à 1 voir 2 noeuds en attendant que ça refroidisse et que Bernard puisse rajouter du liquide. Redémarrage du moteur ok ouf !

    Nous jetons l’ancre dans la baie Odysséa est déjà là et nous guide.

    Que d’émotions ! Dîner au lit.

     

    Dimanche 26 octobre :

    Le temps est superbe ce matin ,baignade à 4 ce matin dans la grande bleue l’eau est bonne ;

    Nous quittons le mouillage vers11h30 et nous nous dirigeons vers un autre mouillage    

    Los Christianos encore un peu plus au sud de là nous voyons la Goméra notre prochaine étape.

    Il y a peu de vent et nous l’avons dans le nez donc nous tirons quelques bords puis nous finissons au moteur ;le temps est très beau à la marina il faisait 36° mais sur l’eau et au mouillage il fait meilleur.

    De ce mouillage la vue n’est pas terrible très tourstique donc plage et immeubles tous plus laids les uns que les autres et entassés comme des boîtes de sardine.Mais qu’importe la mer est bleue transparente et à bonne température

    Ténérife suite et fin

                                                                                                    

    Ténérife suite et fin

                                          Ténérife suite et fin

     

     

     

    Lundi 27 octobre:

    Cette journée est sous le signe de la paresse ;ce matin promenade avec Nicole et Philippe au milieu des touristes, les rues sont bordées de boutiques partout ,des torses rouges,huileux et énorme étalés sur des serviettes ou pausés sur des tables devant des assiettes de frites ou sommes nous !

    Retour au bateau ; nous avons quand même fait le plein de Stugéron (contre le mal de mer)

    Car nous sommes tous les quatre atteints du même mal.

    Ce soir nous mangeons sur Odysséa Nicole a pré paré un gratin d’aubergine, mais il y a beaucoup de houle les bateaux bougent pas mal et Philippe a rater la sortie du four , mais il en reste quand même dans le plat et c’est délicieux (il ne faut pas croire mais la vie de marin ce n’est pas drôle tous les jours).il est 00h et nous nous quittons.

     

    Mardi 28 octobre :

    Ce matin les hommes vont à terre boire une bière dans un troquet pour se connecter wifi afin d’avoir la météo, nous aimerions partir demain pour la Goméra.

    En rentrant Bernard m’annonce qu’Annie a trouver un billet d’avion pour Ténérife a la date d’aujourd’hui je suis vraiment déçue avec cette saletée de WiFi on n’a pas pu se connecter avant . Nicole m’a dit qu’a la Goméra on pouvait l’avoir du bateau j’ai hâte.

    La météo est bonne nous levons l’ancre demain matin.

     

    « vers ténérifeL'île de la Gomera »
    Google Bookmarks Blogmarks