• L'île de Tinharé

     Mardi 25 Février

    Ce matin nous prenons la navette d’Itaparica pour Salvador, car mon coude nécessite une visite chez un orthopédiste ; celui-ci voit une petite fracture donc plâtre pendant 15 jours ! moins drôle !

     

    Vendredi 27 Février

    Nous avons décidé de faire l’île de Tinharé ; pour ce faire nous quittons Itaparica le matin de bonne heure et nous ferons une escale au Iaté club de Bahia pour une nuit.

    Au sud de Salvador de Bahia dans la baie de tous les saints, la côte est sablonneuse, bordée de longues plages pour la plupart désertes, et garnies de palmiers dont les fruits servent à fabriquer  de l’huile de dendée ; de couleur brune, base indispensable de la cuisine Bahianaise ;  cette côte s’appelle la Costa do Dendée.

    L’archipel de Tinharé sur cette côte est composée de 3 îles principales : Tinharé, Cairù, Boipéba.

     Samedi 28 Février

    Nous levons l’ancre pour Morro de Sao Paulo à 30 milles de notre mouillage. En arrivant cette escale nous apparaît très agréable, elle n’est accessible que par bateau, avec beaucoup de verdure le long de ses 5 belles plages. Mais une fois à terre nous déchantons très vite, c’est l’envahissement des touristes et dans les petites rues : poussadas (maisons d’hôtes ), bars, restaurants et boutiques de souvenirs et  de vêtements à la mode sont au touche touche un peu comme dans les rues du Mont St Michel pour ceux qui connaissent !

    Ce n’est pas ce que nous recherchons, nous prenons un suco dans un bar un peu à l’écart.         le village de Morro

     Dimanche 1 Mars

     De bonne heure nous descendons afin de visiter avant l’arrivée des touristes ; Nous visitons le fort avec sur la droite des piscines naturelles dans un joli cadre ; puis nous grimpons par un chemin tortueux à travers la forêt vers le phare qui date de 1855. Un peu plus loin nous découvrons un joli point de vue occupé par une tyrolienne qui descend les acrobates  57 mètres plus bas. Le plus agréable dans ce village c’est qu’il n’y a pas de voiture ; le transport s’effectue en brouette taxi pour les bagages mais aussi pour les paresseux, et l’ambulance est carrossée sur une moto.

     

    Dans la journée nous changeons de mouillage qui nous l’espérons sera plus tranquille.

    En effet 30mn après nous jetons l’ancre devant Gamboa ;descente à terre pour la visite du village agréable et calme, quelques bars le long de la plage sont ouverts, nous nous y arrêtons, petite pause sous un parasol devant un suco face à la mer ( la vie est dure ).

    Un peu avant le village, un énorme éboulis de roches a entraîné une coulée d’argile rose aux vertus thérapeutiques, les gens s’enduisent le corps avant de plonger dans lamer

     

     

     

    « Sào FranciscoCairù et Garapuà »
    Google Bookmarks Blogmarks