• L'île de Santo Antao

     

    Jeudi 20 novembre

    Ce matin pas de traînard, lever à 5h30, rdv au ferry avec le guide à 7h30.

    Embarquement et petite traversée d’1h30, sans manœuvre quel luxe !  

      ile en vue!                                                                                                 l'équipe à bord du ferry

    L'île de Santo  Antao                 L'île de Santo  Antao                                                                                                                                                                       

     En sortant de la gare maritime (grandiose, avec escalators) nous sommes devant un mur de taxi-men attendant les clients pour le tour de l’île, mais notre guide à son chauffeur et nous dirige vers "l’aluguer" (mini bus de celui-ci).

    Santo Antão est un mélange de terre aride au sud et le nord plus humide est pourvu de plantations (bananiers, avocatiers, papayers, manguiers, arbres à pain, cannes à sucre ..) car sur ce versant, l’île  possède des nappes phréatiques. Toutes ces récoltes sont acheminées vers Sao Vicente qui ne produit aucun légume ni fruit comptetenu de son aridité.                                                                                                         

                                                                                                                     paysages

                                        L'île de Santo  Antao      L'île de Santo  Antao         L'île de Santo  Antao

    La route qui mène au mont Cauval à 1470m se nomme la "Estrada Corda", elle traverse l’île du sud au nord, c’est une route tortueuse qui a été pavée à la main, pierre par pierre, elle mesure 40 km, il a fallu 12 années pour la construire. En arrivant à mi-parcours de cette route, ; on se trouve au dessus d’un précipice avec des gouffres de plus de 1000m de chaque côté (Annie n’en menait pas large). Petite halte pour déguster dans une merceria un fromage de chèvre frais accompagné d’un petit grog (rhum local), moment très joyeux, car l’hôtesse Bibiya rigolait tout le temps.     

    L'île de Santo  Antao la route de la Corda                                                                                                   Bibiya notre hôtesse

    L'île de Santo  Antao

     

                                   L'île de Santo  AntaoL'île de Santo  Antao

     

     

     

     

     

    Nous passons quelques villages (quelques maisons) situés derrière la chaîne de montagne pour arriver à Ponta do Sol, village aux maisons colorées. Tout en bas de la rue principale se trouve un petit port. D’après notre guide il est nommé le "coup de pistolet", car les pêcheurs doivent manœuvrer très rapidement pour entrer ou sortir en tenant compte des fortes vagues à l’entrée de ce port. Nous avons pu le constater car une barque arrivait au moment où nous y étions.

       L'île de Santo  Antao             

     

    le petit port

    L'île de Santo  Antao

     

     

     

    C’est là que nous avons déjeuné, au menu  ragoût de poulet (pas génial, la recette : cœurs + gésiers + bouillon et quelques légumes – le riz était bon, et le flan banane pas terrible) ce n’est pas une adresse à retenir.

    Le chauffeur est là, c’est reparti pour la balade. Visite d’un cratère, mais nous n’avons rien vu car nous étions dans les nuages ; on s’engage dans la Vallée de Ribeira do Pãul : l’une des vallée les plus verdoyantes de l’île, mais au bout d’une demi-heure un corbillard nous fait face et nous devons rebrousser chemin. On ne verra pas cette vallée, car s’il faut attendre le passage du corbillard, le ferry risque de partir sans nous.L'île de Santo  Antao

    L'île de Santo  Antao

    L'île de Santo  Antao

    L'île de Santo  Antao

    La rhumerie est fermée, pas de visite. Au point info, elle ne savait pas que le rhum ne se faisait pas de fin septembre à février (elle est quand même du Pays !)

    Conclusion, mise à part les paysages très beaux, c’était plutôt un peu raté, mais le guide était sympa, il nous a beaucoup appris et la journée a été très agréable tout de même. Après un petit pot d’au revoir avec notre guide, retour en ferry et retour aux voiliers.

    Vendredi 21 novembre

    Aujourd’hui avitaillement en produits frais et pains pour les jours à venir qui se passeront au mouillage sans supermarket.

    L’après-midi passages dans les différents postes de Police (maritimes et d’émigration) afin de faire les papiers de sortie.

    Annie a trouvé son billet de retour, elle repartira de l’île de Sal le 29 novembre.

    « L'île de Sao Vincenteballade sur Sao Vicente »
    Google Bookmarks Blogmarks