• l'île de Maio ( suite )

     Samedi 6 Décembre :

     9h Bernard au volant de notre superbe 4x4 Toyota orange, nous voici partis pour les routes pavées et les pistes qui desservent les quelques villages de l’île ( notre moyen de locomotion ne s’avère pas plus confortable que nos scooters) nous sommes très secoués mais au moins ça va plus vite

    Nous traversons une vallée soit disant agricole mais surtout plantée d’accacias, le paysage est plat et beaucoup moins joli que sur les autres îles (un peu déçus). Tout le long de la route nous croisons de nombreuses chèvres,des vaches escortées de hérons blancs, des cochons, des pintades qui cavalent très vite (il doit falloir s’y prendre de bonne heure pour en cuisiner) comment les attrapent’ils ?

    l'île de Maio ( suite )

            l'île de Maio ( suite ) l'île de Maio ( suite )        l'île de Maio ( suite )

    l'île de Maio ( suite )

    Nous nous arrêtons à Figuéras de Horta pour acheter du fromage de chèvre, on nous en vend 3. Cette denrée à l’air assez rare malgré les nombreuses chèvres.

    Puis à Ribeira do Joao village réputé pour ses fromage,nous faisons la connaissance de Philomène ( et oui Annie j’en ai rencontré une vraie ) et c’est un phénomène, elle rigole tout le temps , elle nous emmène de maison en maison en demandant s’il y a du « quedje de cabra » et on finit par en avoir un de plus, elle nous explique qu’il n’a pas plu depuis très longtemps et les chèvre n’ont pas de lait car pas assez d’herbe ; il est vrai que c’est très sec partout. Ils sont délicieux ces fromages : ce sont des fromages de chèvre frais qui se mange coupés en lamelles  avec de l’huile d’olive et du poivre.

    Nous passons au pied du Monte Penoso (montagne la plus haute de Maio 436m) là se trouve le plus vieux village de l’île avec son église tout aussi vieille ; en fait tous les villages paraissent vieux car la plus part des maisons sont ou abandonnées ou en ruine, et celles qui subsistent ne sont pas forcément entrenues faute de moyens , et de courage ( les hommes ne font pas grand-chose on les voient surtout assis) par contre quelques unes sont peintes,fleuries et entretenues.

    D’autres villages, d’autres paysages plats, secs, arides, à Calheta nous pensons pouvoir acheter de la langouste aux pêcheurs du village mais point de langouste (elles se font désirées).

    Retour à Vila do Maio car nous n’avons pas trouvé un endroit ou manger un morceau tout est fermé (samedi, dimanche ils se reposent !).Sur la plage nous déjeunons d’une catchoupa( plat local fait de  haricots, mais, poisson, œuf au plat et saucisse) mais nous sommes très déçus. Pas de poisson mais des boyaux dont ne sait quoi. On aura tous les quatres beaucoup de mal à digérer.

    l'île de Maio ( suite )                                                                                l'île de Maio ( suite )

    l'île de Maio ( suite )               

    l'île de Maio ( suite )l'île de Maio ( suite )

                                         Nous repartons vers Morro où Christophe (français) et Mona (scandinave) nous attendent pour l’apéro (il est 17h30). Ils nous font faire le tour du propriétaire ; ils se sont installés il y a 2ans ils passent leurs journées à cultiver une terre  qui demande beaucoup de travail pour la rendre fertile, maintenant elle commence à produire, quel courage !!

    Agréable moment passé avec eux mais il se fait tard et nous devons récupérer l’annexe restée sur la plage avant la nuit ; retour aux bateaux bien cassés et bien fatigués au point d’avoir décliner l’invitation à dîner de nos hôtes (dommage !)

    Dimanche 7 Décembre  Aujourd’hui chose rare nous allons à la plage pour nous baignés, je prend quelques cours de natation avec mon prof personnel . Cette après midi repos et demain départ pour Santiago.

    « l'île de Maiol'ïle de Santiago(Tarafal) »
    Google Bookmarks Blogmarks