• îles de Lençois

    Mardi 19 mai

    11h en compagnie de Capsun nous quittons Jacaré et Gwendal (qui nous rejoindra plus tard) pour les îles de Lençois , l’arrivée est prévue pour la journée de Dimanche si tout se passe bien. Bernard et moi nous avons chopé un gros gros rhume avec courbatures, toux et fièvre (la complète) sans doute les clims !Patrick aussi est atteint des mêmes syndromes.Cette navigation s’avère très,très pénible :couchés la plus part du temps,nous mangeons très peu ,nous ne sommes pas en forme du tout vivement l’arrivée !!                    

                                                    coucher et lever de soleil

     Dimanche 24 mai

    17h arrivée sur Lençois le détour est long mais nous avons le vent portant et la mer un peu formée ne nous incommode pas,le jour est tombé et nous prenons un mouillage sans nous enfonçer trop loin. Repos !

     

     

    Lundi 25 mai

    6h arrivée de Capsun sur le mouillage, repos pour eux de quelques heures et nous nous retrouvons pour une petite expédition sur l’île

    Les îles de Lençois sont formées de dunes de sable blanc ( d’où le nom qui en portugais veut dire draps ou linceuls) et de fait ces îles donnent l’impression de grands draps blancs posés sur la mer,il y a malgré tout de la végétation .A l’endroit où nous débarquons pas grand-chose et pas grand monde si ce n’est quelques cabanes faites de feuilles de palme qui abritent sans doute les pêcheurs ; Après la traversée de 5 jours durant laquelle nous sommes en position quelque peu statique cette grande ballade sur cette plage de sable blanc à perte de vue le long de l’atlantique est la bien venue . Il y a un village de pêcheurs mais nous sommes mouillés trop loin et nous ne le verrons pas. De retour au bateau nous hélons des pêcheurs pour leur acheter du poisson celui qu’ils nous propose est magnifique et bien gros pour nous cinq, ils veulent nous le donner mais nous refusons et leur donnons nos derniers réals destinés au bistrot de Lençois que nous n’avons pas trouver !. Dîner sur La Bella Flora de ce poisson délicieux. Le temps étant à la pluie et venteux nous décidons de repartir demain.

                  

                                                                                                                 une habitante!

     

    Mardi 26 mai

    Belle nuit, la dernière avant les 600 milles qui nous séparent des Iles du Salut ; 15h départ pour nous, Capsun est parti 2h plus tôt. La sortie de Lençois : 5h de vent dans le nez (30nds) et vagues contraires bien levées et cassantes. Une fois sortis de là cela va beaucoup mieux car notre cap change et nous nous retrouvons vent de travers et pour tout le restant de la traversée.

    Mercredi, Jeudi : tout va bien du vent avec une bonne houle 3 /4 arrière, pas mal de grains, mais nous avançons bien et nous allons beaucoup mieux.

    .Vendredi 29 mai

     Nous naviguons au milieu des algues, Bernard met le moteur afin de dégager les algues qui auraient pu se prendre dans l’hélice et là surprise on s’aperçoit que l’hélice moteur est partie (quand ? comment ?) (C’est la deuxième fois que cela nous arrive).

     Nous devrions arriver vers minuit au mouillage des Iles du Salut en Guyane mais sans moteur nous préférons  réduire et arriver au petit jour ; Toute la nuit les rafales sous grains n’arrêtent pas nous réduisons jusqu’à ne plus avoir de voile seule la capote nous propulse.

     Samedi 30 mai

    Il est 7h, nous avons remis un peu de grand voile à l’approche des îles du Salut afin d’avoir de la vitesse car le courant est fort et nous pousse sur les roches devant le mouillage,pas le choix nous mettons l’ancre rapidement ,beaucoup de stress (surtout pour moi) ; nous voilà ancrés un peu près des rochers, mais l’ancre Spade bien accrochée nous sommes nous sommes rassurés merveilleuse ancre, fréquentant beaucoup les mouillages elle nous permet des nuits paisibles même quand tout s’agite autour de nous).

    Capsun arrive à midi,nous débarquons sur l’ile Royale ,afin de nous renseigner si l’on peut prendre le corps mort (réservé à la douane) ; le gardien de l’île nous en donne la permission ,Capsun va nous remorquer sur cette bouée ,car sans moteur c’était dangereux de rester sur ancre,si près des rochers.

     

     

     

    « Vers Jacaré état de Pariba nord BrésilIles du Salut Guyane Française »
    Google Bookmarks Blogmarks